Studio » Film du mois

à l'affiche

Ága

Ága

de Milko Lazarov

avec Mikhail Aprosimov, Feodosia Ivanova, Galina Tikhonova, Sergei Egorov, Afanasiy Kylaev

Genre : Drame

Nationalité : Bulgarie

Année de sortie : 2018

Durée : 01h37

Version : Couleur

Le premier long métrage de Milko Lazarov, Alienation, inédit en France, avait été très remarqué au Festival de Venise en 2013 où il avait remporté deux prix ; on serait curieux de le découvrir à la lumière de ce second, Aga, qui est une franche réussite.

Le réalisateur est bulgare mais Aga se déroule au nord-est de la Sibérie, en Iakoutie, une des régions les plus froides de la planète. Là, vivent Nanook et Sedna, un couple déjà âgé, totalement isolés au milieu d'immenses étendues glacées. Chaque matin, Nanook part avec son chien et son traîneau pour tenter de rapporter de quoi manger en chassant et pêchant. Pendant ce temps, Sedna tanne des peaux, tisse des filets de pêche et confectionne des vêtements. Leur seul lien avec le monde extérieur est un jeune homme qui vient de temps en temps leur apporter du bois et du fuel pour chauffer, un peu, leur yourte. Il leur donne aussi des nouvelles de leur fille avec laquelle Nanook est fâché depuis qu'elle a rompu avec les traditions familiales en partant travailler dans une mine de diamants à ciel ouvert. Mais les temps sont de plus en plus difficiles, la nourriture se fait rare et, avec l'âge, les forces diminuent...

Il ne faut pas imaginer assister à un documentaire anthropologique en allant voir Aga, car il s'agit bien d'une fiction même si la part documentaire n'est pas négligeable. Magnifiquement photographié, la palette des blancs est étonnante, le film est une chronique familiale peu bavarde où la part fictionnelle s'installe au fur et à mesure que le film se déroule, pour atteindre, à la fin, une ampleur insoupçonnée. Grâce, tout d'abord, à une scène de tempête impressionnante, avant un épilogue profondément émouvant avec une utilisation très réussie de la musique de Gustav Mahler.

Et ce n'est pas un hasard si le personnage principal se nomme Nanook, comme dans le film éponyme de Robert Flaherty, car l'approche de Milko Lazarov n'est pas si éloignée ; mais on pense aussi à Derzou Ouzala, le film de Akira Kurosawa, qui évoquait déjà un paradis perdu tout en tirant la sonnette d'alarme sur une certaine modernité destructrice. Car si Aga n'est pas porteur d'un discours (encore une fois il est peu bavard), il montre, pourtant, l'air de rien, les dérèglements climatiques qui touchent aussi cette partie reculée du monde où la pêche est de moins en moins bonne, où des animaux meurent mystérieusement tandis que les avions passent de plus en plus souvent.

Les amateurs d'objets cinématographiques tout autant originaux qu'abordables vont être comblés par cet Aga qui combine intelligemment réflexion, esthétique et émotion.                                                                                                                                                                                                                                                                                                

Bande annonce

Séances

  • Jeudi 22 Novembre :
    14:00
    19:30
  • Vendredi 23 Novembre :
    14:00
    19:30
  • Samedi 24 Novembre :
    14:00
    19:30
  • Dimanche 25 Novembre :
    14:00
    19:30
  • Lundi 26 Novembre :
    14:00
    19:30
  • Mardi 27 Novembre :
    14:00
    19:30
  • Mercredi 28 Novembre :
    21:00
  • Jeudi 29 Novembre :
    21:00
  • Vendredi 30 Novembre :
    21:00
  • Samedi 1 Décembre :
    21:00
  • Dimanche 2 Décembre :
    21:00
  • Lundi 3 Décembre :
    21:00
  • Mardi 4 Décembre :
    21:00

Critiques

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

N'hésitez pas à nous donner
votre opinion sur ce film...

Peut-être influencerez-vous les spectateurs indécis !