Studio » Film du mois

à l'affiche

Monsieur - Sir

Monsieur - Sir

de Rohena Gera

avec Tillotama Shome, Vivek Gomber, Geetanjali Kulkarni, Rahul Vohra, Divya Seth Shah

Genre :

Nationalité : Inde

Année de sortie : 2018

Durée : 01h39

Version : Couleur

« Il me paye des heures sup ; toi, étudie ! Je m'occupe du reste », ainsi s'adresse Ratna à sa petite sœur, qu'elle a peur de voir subir un mariage arrangé par leurs parents. Ratna sait de quoi elle parle, car elle a subi la même chose avant de devenir subitement veuve. Encore très jeune, elle a quitté sa province pour échapper à l’assujettissement familial et au poids de son veuvage, une situation jugée encore taboue. Désormais elle travaille et habite, comme domestique, chez Ashwin, fils d'une riche famille, le « Monsieur » du titre. Ce dernier vient d'annuler son mariage après avoir découvert que sa fiancée le trompait. Ratna et Ashwin sont deux personnages contraints qui aspirent à autre chose ; elle veut prendre des cours de couture et devenir styliste, lui a été obligé de rentrer des États-Unis, où il vivait de sa plume, pour travailler dans l'entreprise de bâtiment de son père. Dans l'intimité de l'appartement ils vont peu à peu se rapprocher...

Sur cette trame assez classique le film évite les écueils, les clichés, et surprend. Rohena Gera, la réalisatrice, tire superbement parti de l'architecture des lieux. Grâce à de beaux mouvements de caméra qui glissent entre deux pièces que sépare une cloison, elle réussit à utiliser l'espace pour mettre en scène la séparation ; mais aussi la promiscuité qui entraîne intimité et affleurements. Car le film parle d'amour, bien sûr, mais pas seulement, loin de là, car certaines scènes montrent même une cruauté assez poignante. C'est par d'imperceptibles avancées des deux protagonistes l'un vers l'autre que le film se confronte au très profond fossé des castes et que, sans en avoir l'air, il pose aussi des questions fondamentales comme « Est-il possible de faire sa vie selon ses propres règles ? ». Rohena Gera dénonce aussi les inégalités sociales et les préjugés, en s'intéressant plus particulièrement à la condition féminine, mais jamais de façon frontale et violente. Au contraire, c'est en choisissant d'utiliser douceur et détermination  (et en ne faisant jamais de Ratna une victime) qu'elle essaie de faire bouger les lignes.

Loin de toute lourdeur, non dénué d'humour et profondément touchant, ce premier long métrage d'une grande finesse s'avère une épatante réussite.

JF

Bande annonce

Séances

  • Jeudi 24 Janvier :
    21:30
  • Vendredi 25 Janvier :
    14:15
    21:30
  • Samedi 26 Janvier :
    21:30
  • Dimanche 27 Janvier :
    21:30
  • Lundi 28 Janvier :
    14:15
    21:30
  • Mardi 29 Janvier :
    14:15
    21:30

Critiques

  • Commentaire de Jacques Chenu |

    Monsieur est une peinture impressionniste de la vie à Bombay aujourd’hui. C’est une merveille de subtilité et de sensibilité. Par petites touches, avec deux personnages principaux, des dialogues minimalistes, des scènes très courtes voire tronquées, une multiplication de plans sur la porte d’entrée, le couloir de l’appartement et les cloisons, très symboliques, on suit la vie quotidienne de Ratna la domestique et Ashwan le maître. Ils vivent côte à côte, mais ils ne vivent pas ensemble, ils se frôlent mais ils ne se touchent pas, et pourtant… il se passe bien des choses en filigrane. Serait-ce une représentation optimiste de l’évolution de la société indienne ? Avec les couleurs somptueuses des étoffes, une musique en parfaite harmonie avec les images, j’ai été transporté dans la féérie indienne sans voir un seul palais ou une seule princesse. Quelle grâce !

  • Commentaire de Jacques Chenu |

    Ce film me hante tant que je veux compléter mon commentaire ci-dessus:
    Et pour finir, TOUT est dans le dernier plan du film, avec LE MOT qui vient rompre un long silence, on atteint le niveau de ROSEBUD du génial CITIZEN KANE. Quelle fin SUBLIME !

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

N'hésitez pas à nous donner
votre opinion sur ce film...

Peut-être influencerez-vous les spectateurs indécis !