Studio » Film du mois

à l'affiche

Makala

Makala

de Emmanuel Gras

avec Kabwita Kasongo, Lydie Kasongo

Genre : Drame

Nationalité : France

Année de sortie : 2017

Durée : 01h36

Version : Couleur

Kabwita vit avec sa famille dans une province reculée du Congo où il fabrique, seul, du charbon de bois. Pour le vendre il doit se rendre à pied dans la ville la plus proche (50 km tout de même) en poussant un vélo sur lequel il a chargé un impressionnant amas de sacs. Le tout sur une route empoussiérée au milieu des camions lancés à toute allure...

Makala n'est pas de ces documentaires qui restent collés au réel mais de ceux qui transfigurent les situations dont ils témoignent et le film possède un souffle allégorique et une splendeur visuelle qui dépassent de loin celles de bon nombre de fictions. De plus Emmanuel Gras se pose, et nous pose par la même occasion, de nombreuses questions morales. Comment filmer Kabwita en le respectant ? Comment ne pas intervenir quand il est en difficulté ? Comment éviter l'indécence ? Et si Makala est aussi universel, c'est aussi parce que cette extraordinaire odyssée met en scène, par l'intermédiaire d'un forçat de la terre, l'âpre cheminement de l'existence de chacun. Grand prix de la semaine de la critique au dernier festival de Cannes.

 JF

 

Plus d'informations sur ce film

MAKALA UN FILM SOUTENU PAR L'AFCAE ET LE GNCR

AFCAEPROCHAINEMENT DANS VOTRE SALLE

Bande annonce

Séances

  • Mardi 19 Décembre :
    14:15
    17:30
    21:45
  • Mercredi 20 Décembre :
    17:00
    21:45
  • Jeudi 21 Décembre :
    17:00
  • Vendredi 22 Décembre :
    17:00
    21:45
  • Samedi 23 Décembre :
    17:00
    21:45
  • Dimanche 24 Décembre :
    17:00
  • Lundi 25 Décembre :
    17:00
    21:45
  • Mardi 26 Décembre :
    17:00
    21:45

Critiques

  • Commentaire de Jacques Chenu |

    Dans ce très beau documentaire, l'histoire se passe au Congo de nos jours. C'est lent, on vit au rythme du personnage principal, mais j'ai trouvé ça passionnant. Les images sont très belles et la bande son capte tout avec subtilité. Là-bas, labeur rime avec ferveur. Le héros s'efforce d'être un homme intègre dans un monde corrompu. On le suit dans sa vie quotidienne, au début avec sa femme dans son village, puis sur la route de la grande ville pour essayer d’aller vendre le fruit de son travail. Il a un objectif, gagner suffisamment d’argent pour acheter quelques tôles et agrandir sa modeste case. On regarde ça médusé et on pense au monde de la finance, aux « Paradise papers », à tous ces tricheurs qui n’en ont jamais assez tandis que Kabwita, fourmi intègre, pousse son énorme chargement sur les roues du Congo. Emmanuel Gras a fait un film extraordinaire sur une petite vie ordinaire.

  • Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Quel choc. C’est en fait, filmé au plus prés, un véritable chemin de croix que l’on est amené à suivre avec Kwabita. Depuis son village jusqu’à Kolwezi chacune de ses épreuves est suivie d’une autre, toujours plus effrayante, pratiquement sans répit, pratiquement seul contre tout, seul contre tous. Et l’on devine qu’il a du accomplir ce périple déjà plusieurs fois au cours de sa vie pour assurer la survie de sa famille. Qu’il recommencera forcément l’année suivante ou celle d’après.
    Est ce ainsi que les hommes vivent ? On peut comprendre, à la vue de ce documentaire-fiction, que la tentation, de tenter le voyage vers le mirage européen, apparaisse comme une hypothèse somme toute réaliste et envisageable. Même la foi communiquée par les prédicateurs ne pourrait longtemps y faire obstacle.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

N'hésitez pas à nous donner
votre opinion sur ce film...

Peut-être influencerez-vous les spectateurs indécis !