Studio » Fiche film

Synopsis et détails

Revenir

No

No

de Pablo Larrain,

avec Gabriel Garcia Bernal, Alfredo Castro…,

Genre :

Nationalité : Chili

Année de sortie : 2012

Durée : 01h55

Version :

Sous la pression de la communauté internationale, le dictateur Pinochet finit par organiser un référendum en 1988. Pendant 27 jours, chaque camp disposera des mêmes 15 minutes d’antenne. Personne ne croit possible la défaite de Pinochet mais un jeune publicitaire, René Saavedra, pur produit immature de la société de consommation, décide de mener la campagne du Non en la vidant de son contenu politique : logo en forme d’arc en ciel, jingle et la joie comme mot d’ordre…

Pablo Larrain confirme son talent à part avec ce troisième volet sur la dictature chilienne. Après Tony Manero (centré sur un sosie chilien de John Travolta) et Santiago 73, post mortem (qui racontait le quotidien d’un scribouillard travaillant dans la morgue de Santiago pendant le coup d’état), il a été longuement applaudi lors de la Quinzaine des réalisateurs du dernier festival de Cannes (prix CICAE).
Il a choisi de filmer avec la caméra qu’utilisaient les publicitaires en 1983 et qui donne une texture métallique aux images et permet de mélanger images de fiction et archives.
Porté par deux acteurs subtils, Gabriel Garcia Bernal et son acteur fétiche Alfredo Castro, son propos déborde le cas chilien pour interroger les sociétés capitalistes modernes et le devenir publicitaire de la politique : ces images « aux antipodes de l'esthétique vintage et du chantage à la nostalgie qu'elle impose. Décapant le vernis sucré de la pub, elles en révèlent la logique nihiliste, purement prédatrice. »


Sources : le monde.fr – critikart.fr – laterna-magica.fr

Bande annonce

Séances

Ce film a été diffusé aux cinémas Studio :

  • Semaine du Mercredi 13 Mars 2013 au Mardi 19 Mars 2013
  • Semaine du Mercredi 20 Mars 2013 au Mardi 26 Mars 2013

Critiques

  • Commentaire de Monsieur HR

    Un film (volontairement?) ambigu : toute puissance de la pub, ordre social inchangé malgré la chute de Pinochet. Reste qu'il est, à mon avis, beaucoup trop long. Au passage, observons que celui-ci respecte, certes probablement pas de gaieté de c?ur, le pouvoir de dire non dont les Chiliens se sont emparés, ce qui n'a pas été le cas en 2005 en France après la victoire du non au référendum sur la constitution européenne.
  • Commentaire de

    Pablo Larrain monte environ deux heures de manigances publicitaires comme un thriller, chaque idée étant attaquée par le clan adverse, René devant trouver constamment de nouveaux angles d?attaques. Le film est particulièrement amer parce qu?il analyse avec précision le pouvoir des images et choisit pour héros un homme plus désabusé que ne devrait l?être l?artisan d?une telle victoire historique. René vend le changement de régime tant attendu comme il vend un soda ou une telenovela. La victoire a eu lieu mais la désillusion est là, installée. À voir pour le jeu de Gael Garcia Bernal, pour le traitement subtil de faits historiques grâce à un point de vue original et pour un rappel nécessaire de l'histoire contemporaine du Chili. Excellent film.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Je souhaite créer un compte :

Gestion de mon compte Studiociné

à voir cette semaine

  • A bout de souffle
  • Candelaria
  • En Guerre
  • Everybody knows
  • grenouilles et compagnie
  • Gueule d'ange
  • L'héroïque lande, la frontière brûle
  • The African Queen
  • Land
  • Le Cerveau des enfants
  • Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête
  • Le Jour où la terre où arrêta
  • Le Maître est l'enfant
  • Libertés et dérives sécuritaires
  • Manhattan stories
  • No dormirás
  • Plaire, aimer et courir vite
  • ready player one
  • ready player one
  • Senses
  • Senses 3
  • Senses
  • Féminin Plurielles
Tous les films sont projetés en version originale sous-titrée en français (sauf indication contraire).
Toutes les salles des Studio sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Film proposé au jeune public, les parents restant juges.