Studio » Fiche film

Synopsis et détails

Revenir

Le jeune Karl Marx

Le jeune Karl Marx

de Raoul Peck

avec August Diehl, Stefan Konarske, Vicky Krieps, Olivier Gourmet, Alexander Scheer

Genre : Drame

Nationalité : France

Année de sortie : 2017

Durée : 01h58

Version : Couleur

1844. L’Europe est en ébullition : les ouvriers, premières victimes de la Révolution industrielle, commencent à s’organiser face à un capitalisme effréné. Un jeune journaliste et philosophe allemand – Karl Marx – rejoint Paris avec sa femme Jenny cherchant à échapper à la censure. Leur rencontre avec Friedrich Engels, fils révolté d’un riche industriel, va être décisive. Selon eux, « les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, alors que le but est de le changer ». Entre débats passionnés et nuits d’ivresse, la rédaction du Manifeste du Parti Communiste, se dessine…

Raoul Peck, réalisateur de documentaires dont I am not your negro (2017), propose une fiction sur un personnage historique rarement abordé au cinéma, documentée et passionnante, avec en plus, Olivier Gourmet en Proudhon !

RS

Bande annonce

Séances

Ce film a été diffusé aux cinémas Studio :

  • Semaine du Mercredi 27 Septembre 2017 au Mardi 3 Octobre 2017
  • Semaine du Mercredi 4 Octobre 2017 au Mardi 10 Octobre 2017
  • Semaine du Mercredi 11 Octobre 2017 au Mardi 17 Octobre 2017
  • Semaine du Mercredi 18 Octobre 2017 au Mardi 24 Octobre 2017
  • Semaine du Mercredi 25 Octobre 2017 au Mardi 31 Octobre 2017

Critiques

  • Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Représenter à l’écran quelques années (1843-1848) de la vie de Marx à l’écran en 2017 ne peut être considéré comme une simple lubie de cinéaste. Si Raoul Peck a entrepris ce travail, c’est probablement que les deux époques font résonance (l’inhumanité du gouvernement d’entreprise justifiée par la concurrence). Et s’il a choisi une forme plutôt conventionnelle d’écriture cinématographique (si ce n’est le métissage des langues pratiquées), on peut penser qu’il était guidé par le souci de rendre son film accessible au plus grand nombre possible de nos contemporains (c’est un peu la même posture qu’avaient adoptée Marx et Engels pour rédiger le Manifeste, même si l’écriture en était très brillante).
    Si l’on accepte cette option, la vision du « Jeune Karl Marx » s’avère fort riche même si des faiblesses de forme (comme des dialogues parfois trop livresques par exemple), viennent le handicaper partiellement. Cette richesse tient à la fois de la forte personnalité des jeunes protagonistes, de la construction vigoureuse d’une pensée, d’une ligne et d’une organisation politiques, de l’âpreté des débats et des luttes d’appareil qui ont cours au sein du mouvement ouvrier, des interrogations en creux sur les risques totalitaires … En ce sens le passé s’avère des plus modernes. Marx est plus que jamais d’actualité.

  • Commentaire de Philippe Plisson |

    Je n'avais rien lu sur ce film. Comme on m'avait dit que c'était bien, j'y suis allé en confiance. Voir autant de monde dans la salle, un soir de match de qualification de l'équipe de France (foot) à la télévision, semblait prometteur; tout comme la très belle première scène (belle lumière entre autres) relative à l'article de Marx sur le vol du bois. Hélas, ensuite, le propos se fait assez confus et superficiel; les lieux, les visages défilent; les citations, qu'on a souvent envie de faire répéter, également ; on voit évidemment Marx et Engels, et de façon sporadique une palanquée de "camarades": Bakounine, Proudhon, (Karl) Grün, Weitling, Courbet, etc. De fait, on survole et on s'ennuie.

    Après le film, je suis allé faire un tour sur internet, notamment sur "wikipedia.de" pour mettre un peu d'ordre dans ma tête concernant tous ces noms; l'ironie a fait que j'y ai trouvé une citation du Spiegel à propos de ce film qui correspond à mon sentiment : "autant de charme qu'un article de wikipedia mis en images" ... mais malheureusement sans les liens hypertextes!

    Reste que le bouillonnement européen des idées est assez bien rendu, tout comme l'intérêt des langues étrangères dans l'échange de ces mêmes idées - même si certains dialogues mélangent français et allemand gratuitement et ajoutent ainsi à la confusion...

    Le générique de fin, type "hall of fame de la gauche mondiale", renforcera définitivement l'impression "wikipedia".

    Bref, je trouve assez ironique de faire, sur Marx, un film gauche ...

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Je souhaite créer un compte :

Gestion de mon compte Studiociné

à voir cette semaine

  • 12 Jours
  • Bienvenue à Suburbicon
  • drôles de petites bêtes
  • Frontières
  • Je vais mieux
  • Kedi - Des chats et des hommes
  • L'École de la vie
  • L'Illusionniste
  • L'Intrusa
  • L'Usine de rien
  • La Fiancée du désert
  • La Villa
  • Les Gardiennes
  • LES POPULISMES : UN DANGER POUR L’AVENIR
  • Les Raisins de la colère
  • Makala
  • Maria by Callas
  • Marvin ou la belle éducation
  • myrtille et la lettre au père noël
  • Plonger
  • quel cirque !
  • Seule la Terre
  • Un homme intègre
  • Wallace et Gromit coeurs à modeler
Tous les films sont projetés en version originale sous-titrée en français (sauf indication contraire).
Toutes les salles des Studio sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Film proposé au jeune public, les parents restant juges.